Kira-Ukize : quatrième édition du souper-spaghetti

Un souper haut en couleur !

Ce samedi 22 Octobre 2016, l’Association KIRA UKIZE a organisé, comme chaque année, son quatrième souper-spaghetti. Une occasion en or de faire se rencontrer à nouveau les bénévoles et les sympathisants habituels, et de drainer de nouveaux adeptes.

Afin de créer la chaleureuse ambiance familiale, qui est le propre des soupers KIRA UKIZE, les bénévoles n’avaient rien laissé au hasard. Une salle superbement décorée, avec des tables attrayantes, un coin tombola avec de multiples lots dont des billets d’avion, des excursions sur yacht … ; une exposition-vente d’objets d’artisanat : paniers, corbeilles, plats, gravures, masques, bijoux, châles exotiques… Il y avait même de magnifiques tableaux, à vendre aux enchères, offerts par l’artiste-sympathisant Bernard BOIGELOT et ses élèves.

Côté cuisine, on avait mis les petits plats dans les grands. Et, bien avant l’heure du souper, il suffisait de pousser la porte pour que le fumet qui sortait des casseroles vous fasse venir l’eau à la bouche. Les belles âmes n’avaient pas non plus manqué d’amener divers desserts, qui réjouissaient le regard et titillaient les papilles. Avec thé et café pour les faire bien descendre. Et, pour ne pas être en reste, le bar servait des boissons au goût de chacun, à des prix démocratiques.

Cerise sur le gâteau, les prestations des deux artistes-sympathisants ont laissé les spectateurs le souffle coupé : l’inégalable Gioia KAYAGA et ses slams qui prennent aux tripes et vont droit au cœur ; et les contes de Marie-Louise SIBAZURI, qui tiennent en haleine petits et grands.

Pour démarrer la soirée, Juliette NIJIMBERE, la Représentante Légale de KIRA UKIZE, a rappelé au public la genèse de l’Association et fait état de ses réalisations aussi bien en matière de l’agro-pastorale, du microcrédit aux femmes fragilisées, de la distribution de vêtements aux nécessiteux ainsi que du parrainage à la scolarité des enfants démunis.

S’agissant du volet Agro-Pastoral

le village pilote de Ruhuma qui comptait en 2007 83 ménages est actuellement autonome avec 1 vache par ménage. Pouvoir passer au village suivant de BIHOGO, dans la même Province pour soutenir d’autres familles en continuant le projet de don de vaches reste le rêve de KIRA UKIZE. Ce faisant, l’objectif est l’amélioration de l’agriculture grâce au fumier provenant de ces vaches, dans un premier temps.

l’objectif s’étend au-delà de l’agriculture pour couvrir d’autres domaines. La production de lait est très importante car les villageois arrivent à combler leurs propres consommations, et le surplus est vendu aux centres urbains de Muyaga et Cankuzo. Les recettes de cette vente sont utilisées pour payer les frais scolaires des enfants ou subvenir à d’autres besoins primaires tels que les soins de santé.

Concernant le volet micro-crédit

avec la grave crise politique que traverse le pays, le compte de Kira-Ukize a été fermé, tout comme la plupart d’autres comptes des ASBL au Burundi. Elles sont toutes obligées d’ouvrir leurs comptes à la Banque Nationale de la République du Burundi (BRB). Kira-ukize n’a pas souhaité y ouvrir un compte dans les conditions actuelles et elle attend que la paix et la sécurité reviennent au Burundi pour continuer cette activité qui était très prometteuse pour les victimes de l’incendie du marché de Bujumbura.

Pour l’instant, les activités de la caisse de micro-crédit sont suspendues et les femmes commerçantes qui avaient bénéficié des prêts ont fui pour la plupart et nul ne sait où elles se trouvent

Quant au volet humanitaire d’envoi de colis pour les familles défavorisées

suite au climat de terreur et d’insécurité qui prévalent au Burundi, la circulation des personnes dans la Capitale Bujumbura et à l’intérieur du pays est très risquée et les gens n’osent plus s’exposer. La compagnie aérienne SN Brussels Airlines qui transportait les colis vers Bujumbura ne le fait plus faute de relais sur place. En mars 2015, KIRA UKIZE avait pu rencontrer les personnes indigentes et leur distribuer des vêtements, notamment, les résidents du Centre Neuro-Psychiatrique de Kamenge (CNPK) à Bujumbura, les enfants orphelins des sœurs de Calcutta, les mendiants des rues de Bujumbura ainsi que les déplacés entassés dans les tentes à Carama (au nord de la Capitale Bujumbura).

Enfin, pour ce qui est du volet parrainage

il est à préciser que depuis 2013, KIRA UKIZE a lancé un projet de parrainage des enfants, soit orphelins, soit provenant des familles indigentes. Ainsi, il a soutenu 2 étudiants universitaires dont le budget annuel est de 3.000.000 FBU, équivalent de1.500, 00 euro. Cela fait déjà 3 ans et 1 des trois a terminé l’année passée. Les deux autres poursuivent leurs études et il y a une troisième qui commence en janvier 2017.

C’est, par ailleurs dans ce cadre que cette année, KIRA UKIZE a soutenu 45 enfants encadrés par « Maman dimanche » dans les quartiers pauvres de Bujumbura. Le projet leur a acheté des uniformes dont l’équivalent est de 600,00 euro. Parmi ces enfants, il y a 30 filles et 15 garçons.

Par la suite, Juliette NIJIMBERE en a profité pour informer les participants que tous les bénéfices de cette année seront affectés en totalité au volet parrainage.

Elle n’a pas manqué de souligner que si en neuf ans KIRA UKIZE a pu grandir et devenir une association avec laquelle compter sur le terrain, c’est grâce d’abord au dévouement des bénévoles, petits et grands, qui se donnent sans compter et offrent le meilleur d’eux-mêmes. Elle a également exprimé sa gratitude à tous les sponsors, qui offrent les habits à distribuer et/ou leur transport jusqu’au Burundi, les lots de tombola et toutes autres diverses contributions. Elle a terminé son allocution en disant merci au public, dont la présence booste l’énergie et aide à aller de l’avant.

La fête pouvait commencer et chacun s’en donner à cœur joie !!!