KIRA-UKIZE : une présence remarquée à la 24 ème édition de la Nuit Africaine 24 juin 2017.

Plus qu’un jeu : Une réflexion sur notre monde

Comme chaque année, kira-ukize a participé à la Nuit Africaine du 24 juin 2017 aux Bois des rêves.
Une Nuit caractérisée par sa multi culturalité aux différentes couleurs mais aussi rythmée par des sons exotiques accompagnés des pas typiquement africains ; certains rappelant les coutumes et les valeurs ancestrales de ce continent appelé « Berceau de l’Humanité ».

A côté de ces caractéristiques connues de tout le public qui fréquente régulièrement les Nuits de la musique africaine, notons cette année un accent qui a été mis particulièrement sur le Migrant avec comme thème : « Les causes et les Conséquences de la Migration ».
Le CRIBW avait concocté un jeu familial, qu’elle a appelé « le jeu de l’oie ». Chaque association participant au village était invitée à choisir une cause ou une conséquence de la migration ; ensuite imaginer un jeu à proposer à des familles qui visitaient les stands.

Kira-Ukize a choisi comme cause la famine : évidemment, ce choix n’est pas anodin, étant donné l’orientation même des projets soutenus par Kira-ukize, à commencer par l’axe agro-pastoral qui consiste à octroyer des vaches aux villageois afin de leur permettre d’avoir du fumier pour fertiliser leurs champs et aussi pour leur permettre d’avoir du lait et ainsi les protéger contre les maladies liées à la malnutrition.

Un jeu interactif qui fait réfléchir.

Les familles étaient très intéressées de savoir et comprendre que l’immigration est un phénomène naturel lié parfois aux conditions de vie médiocres du migrant, comme la famine. Ce dernier se voit contraint de quitte son pays de naissance pour se retrouver dans un autre, inconnu , où il aura parfois du mal à se faire une place compte tenu des préjugés et des stéréotypes déjà dessinés à l’avance par les pays d’accueil.

Une chose est sûre :

Quiconque voudra manger seul face à quelqu’un qui souffre de la famine ne pourra jamais terminer son assiette sans que ce dernier lui arrache ne fût-ce que quelques miettes pour survivre

.(NiJu)

De plus :
Au lieu de dire :

La charité bien ordonnée commence par soi-même

,

disons tout simplement : «

La charité bien ordonnée commence par les autres

; car lorsque tu aides les plus démunis, tu augmentes le climat de sécurité chez toi. (NiJu).